Home>Carifocus>Guadeloupe. Musique : Lycinaïs Jean nous revient
Carifocus Concert Évenements Guadeloupe Soirée Spectacle

Guadeloupe. Musique : Lycinaïs Jean nous revient

Le Gosier. Royal Riviera. Jeudi 21 décembre 2017. CNE. La chanteuse et artiste d’origine guadeloupéenne et martiniquaise Lycinaïs Jean nous est revenue la semaine dernière, pour une tournée tropicale à l’occasion de la sortie de son premier album intitulé « Aimer ». Invitée sur le plateau du ZCL mardi dernier, nous l’avons rencontrée à l’issue de son passage télé, pour vous faire découvrir cette jeune artiste à la voix de velours. Interview.

CCN : Vous venez d’une famille de musiciens ?

Lycinaïs Jean : C’est ça. J’ai bercé dedans. Ca fait un peu cliché de dire ça, mais c’est le cas. Je suis née dedans, donc très jeune j’ai été intéressée par le chant, les percussions … Du coup à l’âge de 8 ans ma mère m’a inscrite au Conservatoire pour apprendre la batterie. Je n’ai pas continué au Conservatoire, mais en autodidacte. Et à 11 ans pareil la guitare en autodidacte.

CCN : Quel est votre instrument de prédilection ?

Lycinaïs Jean : La guitare ! J’aime bien toucher à tout, mais c’est plus la guitare qui m’accompagne pour la compo, sur scène …

CCN : Quelles sont vos influences musicales ?

Lycinaïs Jean : Tout ! Tout ce qui est bon ! Depuis toute petite j’ai toujours été habituée à écouter de tout : de la pop au zouk, du rock à la biguine : tout ! Je n’ai aucune limite tant que ça me plait, que je me retrouve dedans, que l’émotion me parle, voilà c’est l’essentiel.

CCN : Les influences musicales caribéennes vous parlent davantage ?

Lycinaïs Jean : Oui naturellement, puisque ma culture est caribéenne. Même moi, à travers mes compos, on sent que je suis caribéenne, mais c’est vrai que c’est ce qui prédomine. Sinon j’habille le tout avec d’autres styles de musiques, je n’ai pas de limite !

CCN : Vous avez continué vos études tout en vous perfectionnant dans la musique : comment avez-vous jonglé entre les deux ?

Lycinaïs Jean : Eh bien si, d’ailleurs récemment sur les réseaux sociaux je parlais d’une expérience où j’étais au lycée, où mon prof de vente au final ne m’empêchait même plus d’écrire ni rien, puisqu’un jour je lui ai fait écouter une maquette à moi et depuis ce jour là elle ne m’empêchait plus d’écrire. Des fois je dormais, donc elle a du se douter que je passais des nuits blanches à faire de la musique. Ca a été difficile parce que je ne me reconnaissais pas dans les études que je faisais. Je le faisais parce que mes parents me poussaient à la faire et à trouver un métier « conventionnel ». J’ai fait du commerce et de la cuisine. Ca n’a pas été évident. Après le commerce, j’ai pris une année sabbatique où j’ai fait que de la musique. Les choses se sont dégoupillées toutes seules. j’ai trouvé ma voie comme ça, bêtement.

CCN : Vous avez fait une tournée avec le groupe Soft ?

Lycinaïs : Oui, c’était à mes débuts. Ils m’ont invitée plusieurs fois sur Paris à leur concert. Ca a été une très bonne expérience, et jusqu’à maintenant je garde de très bons rapports avec eux. Je suis même allée très récemment voir leur concert à paris. Ils m’ont beaucoup apporté, humainement surtout, musicalement et humainement, donc très bonne expérience.

CCN : Vous avez fait la première partie d’artistes comme Black M ou Mysié Sadik ?

 

Lycinaïs Jean : Oui, Black M en 2015, Sadik en 2014. Il y a eu Admiral T ici aussi, au Palais des Sports du Gosier et en France au Zénith. J’ai eu pas mal de premières parties intéressantes, et des artistes que j’apprécie surtout.

CCN : Qu’est-ce que ça fait de faire les premières parties d’artistes caribéens notoires ?  

Lycinaïs Jean : Ca donne un peu plus confiance en soi. Parce qu’au début quand on est passionnés, on n’est pas forcément sûr de soi non plus … on sait qu’on aime la musique, qu’on vibre à travers elle, mais on n’est pas forcément conscient de son potentiel, de ses capacités. Du coup ça donne confiance en soi, ça fait réaliser certaines choses. Ca fait prendre du recul sur ce qu’on fait. On peut se dire que c’est peut-être le moment de travailler encore plus et de travailler en ce sens là. Ca fait plaisir aussi, que notre travail soit en quelque sorte reconnu par des artistes qu’on apprécie.

CCN : Quels sont vos projets aujourd’hui ?

Lycinaïs Jean : Là j’ai un album qui est sorti le 4 novembre. Mon tout premier album. Ca faisait 4 ans que je le promettais, donc il était temps. Vendredi, je suis en concert au Royal Riviera au Gosier, pour présenter l’album. On sera en formule acoustique ce coup-ci. Je vais revisiter un peu tous les titres de l’album et je pense que ça permet au public de mieux apprécier les morceaux. Donc oui c’est surtout tourner aux Antilles, en France, dans les provinces, on essaie d’aller de plus en plus loin avec l’album. Mon objectif, c’est vraiment de représenter la Caraïbe partout, le plus loin possible : on va dire partout dans le monde !

Retrouvez ci-dessous les photos de son concert :